salons du cheval.comsalons du cheval.compour toutes les informations sur les salons du cheval en France
 
Salon du cheval d'Albi


Les interviews

Les ambiances

Les rencontres

Les spectacles

Le bilan



Gilbert de kEYSER Rédacteur en chef





Tous les salons



Les Médias
Magazines
Radio
Les films sur le cheval

Les Rencontres
Des hommes & des femmes
Des institutions

Page accueil


   
  Les partenaires
terre-equestre.com
chevalinfo.com
lesmetiersducheval.com
chevaldefrance.fr
fref-france.com
la filièreéquestre
professionnelle.com


Le site
L'équipe du site

Nous cont@cter

tous droits réservés "salonsducheval.com"
2007


Brodeur et transporteur de chevaux



Il s’appelle Jérôme SAVOYEN. Il a 23 ans. Je le croise depuis quelques temps sur les salons, derrière sa machine à coudre sans savoir qu’il est plein de ressources. C’est ainsi que certains personnages nous étonnent par leur savoir et leur expérience. Puis, d’un coup, il donne son âge et là, il nous surprend encore plus. Il est « péchu » comme on dit dans le Sud et ses projets sont nombreux.

Il est cavalier depuis l’âge de 8 ans. Il monte en club mais a commencé avec des chevaux chez lui « Une chose et sûre : la monte classique et le CSO ne m’intéresse pas. En revanche, je me suis pris de passion pour le horse ball ». Pendant 5 ans, il monte dans l’équipe de horse ball de Castres. Cette pratique d’équitation sportive lui convient mais finalement il sera obligé d’arrêter pour cause de choix professionnel.

Les années d’études lui vont bien et l’emmènent vers un BTS technique végétale. Il rachète une société de broderie (clientèle et machine) et c’est ainsi qu’on le voit sur les salons de France et de Navarre. Il a l’heureuse idée de s’associer avec un marchand de tapis pour qui il brode. En fait, il est capable de broder sur tous les supports « sauf les chaussures ». Depuis 2 ans, il est donc son propre patron : « ça marche plutôt bien et les commandes sont nombreuses. Je n’ai pas à courir après les clients et c’est très bien. En revanche, je travaille tout le temps ».

Il aime voyager et c’est la raison pour laquelle il a choisi les salons plutôt que de gérer une boutique. C’est sans doute la raison qui l’a poussé à rajouter une corde supplémentaire à son arc professionnel. Il fait du transport routier de chevaux. Pour cela, il a acheté un camion de 10 places et il fait du transport dans toute la France (et ailleurs) « j’adore conduire et voyager. Tout petit, je rêvais de cela et j’ai toujours été passionné par les gros cubes ». Pour se faire connaître, il va envoyer un courrier à tous les centres équestres ainsi qu’aux comités départementaux équestres : « je suis sûr de mon produit. Le camion est performant et les services sont de hauts niveaux. Je connais le voyage aussi bien que les chevaux. Par ailleurs, je ne ferais jamais de transport de chevaux qui partent à la boucherie ».

Le coût d’un camion est important puisqu’il avoisine les 185 000 €. Mais rien ne l’arrête : « je voudrais créer une flotte de camions spécialisés, avec ou sans chauffeur. Le plus difficile, c’est de trouver des chauffeurs consciencieux et performants. Et puis enfin, une fois que j’aurais fait ma place dans cette filière, j’aimerais partir en Roumanie et m’installer là bas. La vie y est plus simple, et les besoins sont encore basiques, primaires pourrait-on dire ».

Aspect pratique :

Pour être chauffeur de véhicules spécialisés dans le transport de chevaux, ce n’est pas si simple. Voici le parcours du combattant qu’il faut suivre.
En premier lieu, il faut passer le permis C et E selon le tonnage de l’engin et le fait d’utiliser une remorque ou pas.
Ce n’est que le début, car ensuite, il faut posséder la capacité de transport : examen dans un centre de formation agréé par l’Etat. Le coût de la formation s’élève à 1700 €.
Ensuite, il faut passer par la formation initiale minimum obligatoire (FIMO). Il s’agit de 3 semaines de formation dans un centre de formation agréé qui s’élève à 2800 €.
I il faut encore passer 2 jours de formation pour le transport des matières dangereuses (1er catégorie) qui coûte 300 €.
.Pour finir, un dernierstage pour le transport des matières dangereuses de 3 semaines.
Enfin, il faut demander une licence

Gilbert DE KEYSER

 


Retour

l
e
s

s
a
l
o
n
s

d
u

c
h
e
v
a
l